Le point sur le ramonage conduit de fumée
Non classé / 19 novembre 2017

Que ce soit pour une cheminée, pour un poêle à bois, pour un insert ou pour un foyer, le ramonage conduit de fumée est nécessaire et obligatoire. L’article 31 oblige Selon l’article 31 du RSDT ou Règlement Sanitaire Départemental Type, les conduits de fumée doivent être régulièrement maintenus et ramonés. En effet, des dépôts se forment dans ces conduits. Ces dépôts peuvent boucher un conduit de fumée et diminuer le tirage. Les gaz libérés par la combustion peuvent alors se refouler et polluer l’air à l’intérieur de la maison. Certains de ces gaz sont nocifs. Par exemple, le monoxyde de carbone qui est inodore peut entraîner la mort. Mais la plupart de ces dépôts sont surtout dangereux, parce qu’ils peuvent sont inflammable. En cas de combustion importante dans le foyer, ils peuvent s’enflammer facilement. D’après cette réglementation RSDT, il y a une fréquence de ramonage du conduit à respecter. Par exemple, pour le conduit d’une chaudière à fioul de type B et pour la chaudière à bois, cela doit se faire 2 fois par an tandis que ce sera 1 fois par an pour le conduit d’une chaudière au gaz de type B. Mais la fréquence dépend également du département. Mais en…

Comment savoir quand son poêle à bois devient trop vieux ?

Comme tout dispositif, le poêle à bois dispose d’une durée de vie limitée. Mais, il faut savoir que sa durabilité varie en fonction des besoins de chacun. De même, une utilisation optimale de ce système de chauffage promet une meilleure longévité. Alors, pourquoi changer de poêle à bois et comment lui permettre de durer plus longtemps ? Comment reconnaître un vieux poêle à bois ? Différents signes peuvent vous permettre de reconnaître un poêle à bois qui a fait son temps. D’une part, votre système de chauffage peut rencontrer un problème d’étanchéité. Les vieux poêles à bois ont en effet tendance à émettre des particules polluantes fines dans la maison. Cela pollue sans nul doute l’atmosphère de la pièce, ce qui n’est pas sans danger pour la santé. D’autre part, un poêle à bois vétuste se caractérise par un rendement insuffisant. De toute évidence, un rendement faible impacte négativement sur le confort thermique. De même, cela peut amener une plus grande consommation de combustibles et donc plus de dépenses. Bien que les bûches soient des matériaux abordables, leur prix n’est pas à l’abri des fluctuations. C’est pourquoi il est fort judicieux de se doter d’un poêle avec un bon rendement. Comment faire durer…

Présence de fumée à l’usage d’un poêle à bois : une situation problématique
Non classé , Poêles à Bois / 1 avril 2017

Grâce à ses multiples atouts pratiques, le poêle à bois a actuellement le vent en poupe. Il se peut en revanche que ce système de chauffage dégage de la fumée. Cette situation peut malgré tout s’avérer très dangereuse, notamment pour les enfants en bas âge. D’ailleurs, il est préférable de miser sur un poêle de chauffage à bois qui n’émet aucune fumée. La présence de fumée peut en outre s’expliquer par de nombreux facteurs. Éléments de réponse… Présence de fumée : les facteurs indépendants Votre appareil de chauffage à bois peut émettre de la fumée pour diverses raisons. En premier lieu, pendant la saison hivernale, il arrive que les conduits soient froids, ce qui génère un peu de fumée. Néanmoins, cela ne doit pas durer longtemps puisque le système se réchauffe peu à peu. D’autre part, une faible alimentation du feu risque de générer de la fumée. Pour y remédier, vous n’avez qu’à remettre du combustible pour raviver la flamme. Bien évidemment, que ce soit des bûches ou des granulés de bois, il faut veiller à ce qu’ils soient parfaitement secs. L’usage d’une VMC ou ventilation mécanique contrôlée constitue également un facteur de présence de fumée. En effet, son interférence peut donner…

Poêle à bois : comment prévenir les intoxications au monoxyde de carbone ?
Non classé , Poêles à Bois / 31 mars 2017

Les poêles de chauffage au bois séduisent actuellement de plus en plus de particuliers. En effet, ces types de dispositifs de chauffage ont l’avantage d’êtres à la fois écologiques et économiques. De plus, ils vous permettent de bénéficier de nombreuses aides financières (réductions fiscales et primes). Toutefois, à l’instar de tous les combustibles, le bois dégage du monoxyde de carbone. Inhalé en grande quantité, ce gaz inodore peut devenir mortel. Aussi, comment prévenir les intoxications à ce gaz ? Référez-vous à des appareils certifiés pour prévenir les intoxications au monoxyde de carbone Une intoxication au monoxyde de carbone est dangereuse pour la santé de tout un chacun, plus particulièrement pour les jeunes enfants. Elle se manifeste généralement par des maux de tête, nausées, malaises, fatigues ou des vertiges. C’est pourquoi il est important de prendre certaines mesures comme le recours à des appareils certifiés. Aussi, il est vivement recommandé de s’équiper de systèmes labellisés. Il en est ainsi des poêles à bois certifiés Flamme Verte. Ce label a été d’ailleurs établi par l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) en partenariat avec les constructeurs. Les équipements notés 4 ou 5 étoiles par ce label ont ainsi permis de réduire…

Comment utiliser en toute sécurité et entretenir une tronçonneuse ?
Accessoires , Non classé / 26 mars 2017

La tronçonneuse est un outil de découpe de bois indispensable si vous disposez d’un appareil de chauffage à bois. En effet, une bonne combustion ne peut être obtenue qu’avec des bûches d’une certaine taille. L’usage d’une tronçonneuse est donc de mise si vous souhaitez profiter d’un meilleur confort thermique. Toutefois, certaines précautions doivent être prises pour un emploi sûr de cet équipement. Il doit également être bien entretenu pour optimiser sa durée de vie. Tronçonneuse : pour une utilisation en toute sécurité L’utilisation d’une tronçonneuse ne s’opère pas à la légère et demande de la prudence. De même, il faut prévoir certaines protections comme un casque à visière ou encore un protège-oreille. Vous devez également vous équiper de gants de travail antidérapants et de chaussures de sécurité. N’oubliez pas non plus de porter des vêtements ajustés pourvus de renforts anti-coupure. Pour ce qui est des précautions d’usage, la première chose à faire est de lire attentivement le manuel d’utilisation de votre équipement. Ensuite, vous devez effectuer plusieurs vérifications importantes : serrage des écrous du carter, propreté des poignées et manettes, frein de chaîne activé. Il est aussi vivement conseillé d’éloigner les enfants et les animaux de compagnie de votre chantier pour éviter…

Poêle à granulés : comment éviter le mâchefer ?

Le poêle à granulés est un moyen de chauffage très intéressant en termes de rendement de chauffe et de confort. En effet, le granulé ou pellet est un excellent combustible qui génère une chaleur optimale et pérenne. Pourtant, cette installation n’est pas sans limites. Le granulé produit de la cendre et des résidus qui laissent un dépôt récalcitrant appelé mâchefer. Ce dernier peut affecter le confort et le bon fonctionnement de votre appareil. Qu’est-ce qu’on entend par mâchefer ? Pour être bref, le mâchefer constitue les débris laissés par les granulés au cours de la combustion. Autrement dit, la cendre entraîne un dépôt solide et des résidus sur les parois de votre installation. Sa formation est due aux composants naturels du bois que sont les composants minéraux (calcium, sodium, fer), mais également le soufre ou le chlore. Ces substances se liquéfient lorsque la température de votre poêle à pellets se trouve trop élevée. Et le problème de mâchefer apparait quand le chauffage redevient froid puisque les résidus s’entassent et forment un bloc solide difficile à enlever. Quelles sont les causes de mâchefer ? Pour pouvoir éviter la formation de mâchefer, il s’avère indispensable de connaître ses causes. Tout d’abord, l’accumulation…

Le point sur le nettoyage du poêle à la fin de l’hiver
Non classé , Poêles à Bois / 25 décembre 2016

Le printemps est encore loin, mais, il faut songer dès maintenant au nettoyage de son poêle à bois. En effet, un bon entretien de son appareil de chauffage et son conduit de cheminée est un gage de votre confort thermique. Nettoyer le poêle à bois pour commencer Avant d’opérer au nettoyage de votre poêle à bois, il convient tout d’abord de couper ses arrivées d’air. Ce n’est qu’après que vous pouvez vider le foyer des cendres et des résidus de bois à l’aide d’un aspirateur. Ensuite, pensez à l’entretien du tuyau de raccordement et à la vitre de votre équipement. Pour finir, il faut dépoussiérer le corps de chauffe de votre système de chauffage. Il va sans dire que cet élément assure le rendement de votre poêle. Par ailleurs, il est important de vérifier votre stock de combustibles (bûches ou granulés de bois). Aussi, il faut vous assurer qu’ils soient bien à l’abri, notamment de l’humidité. Contrôlez également sa quantité pour parer à d’éventuels réapprovisionnements. De ce fait, si vous pensez que vos combustibles sont insuffisants, attendez l’été pour vous approvisionner. Effectivement, cette période est plus propice à cette tâche. Et pour cause, le bois est proposé à un coût…

Le point sur le contrat de ramonage
Accessoires , Non classé / 11 décembre 2016

Le ramonage du conduit de cheminée est obligatoire pour l’entretien de votre appareil de chauffage au bois. En effet, cette opération vous préservera des éventuelles intoxications au monoxyde de carbone et aux incendies de cheminée. Bien évidemment, un ramonage mécanique doit être effectué par un professionnel. Ce dernier vous remettra par la suite un contrat de ramonage qui attestera auprès de certaines institutions sa réalisation effective. Contrat de ramonage : un document indispensable pour l’assurance Selon le décret 93-1185 du 22 octobre 1993, la garantie incendie couvre les dommages causés par le feu. Cette garantie est comprise dans les contrats multirisques habitation. Pour pouvoir bénéficier de cette clause en cas d’accident grave, un certificat de ramonage est indispensable. Il va sans dire que ce document peut prouver qu’un sinistre n’a pas été provoqué par un manque d’entretien. Cela vous donnera ainsi la possibilité de réclamer vos droits à votre assureur si un incident grave se produit. Les principaux rôles d’un certificat de ramonage Un contrat de ramonage en bonne et due forme doit être remis par le professionnel qui s’est chargé du ramoner votre conduit. Il permet de certifier l’absence de suies et autres substances nocives sur toute la longueur…

L’importance de la vérification d’un conduit de cheminée
Non classé / 5 décembre 2016

Le conduit de cheminée est une installation essentielle au bon fonctionnement de votre appareil de chauffage au bois. Aussi, qu’il s’agisse d’un poêle à bois, d’une cuisinière à bois ou bien d’un insert de cheminée, cet élément est très indispensable. En effet, il permet d’évacuer les fumées et d’éviter ainsi les intoxications et les risques d’incendie. Il est donc important de le contrôler régulièrement pour s’assurer de son bon fonctionnement. Pourquoi vérifier le conduit de sa cheminée ? Un conduit de cheminée doit faire l’objet d’une fréquente vérification, et ce, pour de nombreuses raisons. Il va sans dire que cela permet de détecter une potentielle obstruction comme un nid d’oiseau par exemple. Il est évident qu’un conduit bouché accroît le risque d’accident. De plus, ce contrôle vous donne la possibilité de repérer la présence de fissures. Vous pourrez alors vous assurer de l’étanchéité du conduit. Effectivement, un conduit très étanche vous protège des risques d’intoxication, notamment au dioxyde de carbone. En plus de la sécurité qu’offre l’examen de votre conduit de fumée, il vous permet également de réaliser d’énormes économies de chauffage. Cela vous donnera très certainement l’occasion de réduire votre facture d’électricité. Qui doit accomplir cette tâche ? La vérification de…

Débistrage d’un conduit de cheminée : est-ce utile ?

Quand il s’agit d’entretenir son conduit de cheminée, on pense immédiatement au ramonage. Toutefois, il y a également d’autres pratiques à effectuer dont le débistrage. Ce procédé est souvent nécessaire avant de tuber ce conduit. Si vous souhaitez mettre en place un poêle de chauffage à bois à l’emplacement de votre cheminée, il est impératif de réaliser un débistrage mécanique avant le tubage. Pourquoi débistrer une cheminée ? Connu également sous la dénomination de dégoudronnage, le débistrage est une opération qui consiste à enlever jusqu’à 95% des goudrons et des bistres qui se sont accumulés dans le conduit de cheminée. Ces dépôts sont très dangereux étant donné qu’ils peuvent engendrer des incendies s’ils ne sont pas régulièrement nettoyés. De nombreux facteurs peuvent être à l’origine de ces dépôts de bistre comme une mauvaise isolation du conduit, un feu mal allumé, un bois inadapté ou encore un conduit surdimensionné. Pour y remédier, l’allumage du feu doit être opéré progressivement avec un allume-feu et de petits bois. N’utilisez que des bois secs tout en limitant l’usage des espèces résineuses. Il en est ainsi du pin, de l’épicéa et du sapin dont les fumées encrassent rapidement le conduit. La combustion de ces variétés de bois…